TENDANCE N°6 : QUAND LA CONSULTATION PASSE A LA HAUTE-DEFINITION

La transformation digitale est sur toutes les lèvres. Dans tous les secteurs, à toutes les échelles, les entreprises rivalisent d’imagination et de créativité pour identifier les solutions à même d’accompagner les évolutions de leur business model et de créer un véritable différentiel de valeur. Dans ce contexte, l’enjeu-clé consiste à imaginer les dispositifs les plus innovants, mais également à concevoir des infrastructures cohérentes, aisées à piloter et capable d’accompagner dans leur évolution des clients à la recherche de toujours plus de souplesse et de réactivité.
L’ambition de ce carnet de tendances technologiques est d’offrir un aperçu des projets les plus remarquables réalisés par VIDELIO, secteur par secteur, et d’identifier les tendances qui feront le marché de demain.

De la consultation courante jusqu'au coeur même du bloc opératoire, l'image prend une importance capitale dans le parcours de soins. La maturité des réseaux et la généralisation de la HD dessinent un paysage en forme d'autoroute vers la e-santé. 

 

      

Robots médicaux, téléconsultation, wearables (technologies portables) et capteurs en tout genre capables de prendre la tension, de mesurer la qualité du sommeil ou encore de suivre l’impact d’un traitement, la médecine surfe sur la vague digitale et communicante. Le bloc opératoire lui-même se réinvente et se transforme en un véritable studio d’enregistrement et de diffusion. Au coeur d’un véritable concentré de technologies médicales, et portés par la montée en puissance de techniques mini-invasives comme la coelioscopie, les écrans ont fait une entrée remarquée dans le quotidien des praticiens hospitaliers. L’arrivée de ces technologies haute-définition procure un confort de travail sans égal aux chirurgiens et offrent des bénéfices aussi tangibles que variés :

Lorsqu’un chirurgien réalise une opération reposant sur une captation vidéo (coelioscopie, radiologie,endoscopie), il manipule des caméras qui transmettent autant de signaux, diffusés sur autant de petits moniteurs. Grâce à l’agrégation des flux vidéo, il peut désormais rassembler ces signaux sur un seul écran HD et/ou 4K, réduisant l’encombrement dans le bloc et facilitant sa prise de décision. Ces images peuvent par ailleurs être enregistrées à des fins d’analyse ou de conservation légale.

Dans le cas de pathologies particulières, qui nécessitent des compétences rares, il peut être utile de solliciter l’avis d’un ou plusieurs spécialistes au moment du geste opératoire. Le suivi des opérations se fait même hors les murs du bloc : un nombre croissant de conférences permettent à des chirurgiens venus du monde entier d’assister à la retransmission d’une opération en direct. Ces conférences sont aussi l’occasion de partager les bonnes pratiques médicales en tirant parti des toutes dernières innovations, dont l’imagerie 3D.

Une bonne part des centres hospitaliers français sont des centres universitaires et doivent donc assurer également la formation des futurs médecins. Grâce aux solutions de visio-conférence intégrées au bloc, les interventions les plus remarquables sont désormais retransmises en direct – via des flux entièrement sécurisés – dans des amphithéâtres distants parfois de plusieurs centaines de kilomètres pour permettre aux étudiants de suivre au plus près les gestes de leurs enseignants La digitalisation du système de santé ne se limite pas au seul bloc opératoire : des terminaux plus courants comme les bornes d’orientation interactives jusqu’aux solutions les plus pointues, le numérique révolutionne doucement mais sûrement les pratiques hospitalières. A l’heure de la dématérialisation du dossier médical individuel, c’est toute la médecine qui réalise peu à peu une véritable mue numérique, pour le plus grand bénéfice des patients comme des professionnels de santé.

Trois questions à David Elbaz, Responsable du marché santé chez VIDELIO - Digital et Media

Quelles sont les principales perspectives de la santé connectée ?
Elles sont nombreuses ! En premier lieu, je citerais la démocratisation de la 4K : tous les dispositifs médicaux vont peu à peu en être équipés pour offrir toujours plus de finesse aux médecins et un réalisme optimal. Dans le même mouvement, réalités virtuelle et augmentée seront de plus en plus utilisées. Il se peut que demain, le chirurgien n’ait plus d’écrans mais des lunettes spéciales, qui lui donneront les données du patient en temps réel et le guideront pour optimiser ses manipulations. 

Quelle place dans ce panorama pour les technologies communicantes ?
Depuis quelques années, on ne conçoit plus une salle d’opération sans y intégrer une solution de communication unifiée : spécialistes, collègues, étudiants… Grâce à la maturité des réseaux et des offres, la pratique médicale est plus collective que jamais ! 

Ces réseaux ouverts ne posent-ils pas de problématiques de sécurité ?
Ce sujet fait l’objet d’une attention particulière : au sein de l’hôpital, tous les accès sont privés, de façon à ce que seuls les personnes autorisées y aient accès. Pour les flux sortants, tous les systèmes de visioconférence intégrent un cryptage des données transmises et nous y ajoutons une couche supplémentaire via des mots de passe renouvelés à chaque session. Les protocoles utilisés sont donc tout-à-fait à la hauteur des enjeux de la criticité des données médicales.

 

Tendances digitales SANTE:

Infographie, en route vers la e-santé

Comment les technologies de l'AV participent à la révolution numérique de la santé et de la justice?

Une expérience interactive pour les participants du congrès médical LINNC

Une offre spécifique pour la santé portée par une équipe d'experts

VIDELIO Operating Room, une offre VIDELIO spécifique à la santé